icon_preknowledgeJ’avais dans un billet précédent fait un tour d’horizon de l’économie corse qui, en synthèse, concluait que, bien qu’elle soit en croissance, ses supports sont fragiles car menacés. L’économie corse est plutôt une économie en phase de rattrapage à croissance faible, plutôt qu’une économie mature à croissance forte.

La mobilisation de ressources financières ne suffit pas, – les résultats du PEI l’ont montré – il faut créer une dynamique, de type cercle vertueux, qui pousse les hommes à évoluer dans leurs savoirs, leurs compétences, leurs organisations afin d’utiliser au mieux les ressources. En effet, sans les hommes rien de peut survenir.

L’objet de ce billet est d’adopter un point de vue stratégique :

  • analyse des échanges avec l’extérieur
  • analyse du Marché intérieur
  • Force et Faiblesses
  • Pistes stratégiques

Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Bien que devenu un champ d’activités complexes, le projet du développement durable peut être résumé par la phrase «[C’est] Un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.»

Il s’appuie sur 3 piliers majeurs – le Social, l’environnement et l’économie qui s’autoalimentent l’un, l’autre. Il a pour objectif un développement maîtrisé des sociétés humaines en apportant bien-être et justice sociale.

Dans un contexte de changement climatique, de menaces sur la biodiversité, de mondialisation qui est ressentie comme une oppression par une partie des acteurs, c’est un chemin qui s’avère difficile non seulement pour répondre de manière satisfaisantes à ces enjeux, mais également pour conserver l’équilibre entre développement économique, bien être social et préservation de l’environnement.

D’ailleurs, certains parlent de durabilité faible qui est un développement durable au mieux, même si les objectifs de certains piliers ne sont pas atteints, par opposition à la durabilité forte qui exige la réalisation de l’ensemble des objectifs.

Le champ d’action du développement durable inclut le domaine de la production de l »énergie, de la maîtrise des déchets, de la construction d’habitats en harmonie avec l’environnement, mais pas seulement, il a déjà envahit l’industrie automobile avec la voiture électrique, les moteurs à faible consommation de carburant, la recyvclabilité des véhicules. Il a également envahit l’industrie électronique avec des puces moins consommatrices d’energie et davantage recyclable. Mais encore l’industrie chimique, l’industrie agroalimentaire,… en y regardant de plus près, le developpement durable affecte l’ensemble des industries.
Lire le reste de cette entrée »

icon_preknowledgeLa croissance, le fondement de l’analyse économique moderne

Pour les économistes, telle Nadine Levratto, le régime de croissance est le régime de fonctionnement optimal d’une économie. Toute la difficulté est de trouver et de garder un sentier de croissance équilibré. Une croissance qui maintient ou améliore le taux d’accumulation du capital est fondée sur des gains de productivité, alors qu’elle pourrait être simplement que le résultat d’un accroissement de la population active sans efficacité supplémentaire.

La croissance qui traduit une plus grande efficacité de l’économie, attire les capitaux qui permettent de financer l’innovation qui, en retour, contribue à développer davantage d’efficacité. C’est le concept de cercle vertueux.

Cependant lorsque le taux de croissance est insuffisant, en deçà d’un certain seuil, le retour sur investissement n’est pas assez élevé pour attirer les capitaux, le cercle vertueux ne peut pas s’enclencher, c’est la trappe de pauvreté.

En 1972, le Rapport Meadows commandé par le Club de Rome, intitulé « Limits to Growth » ou « Halte à la croissance », sur la base d’un modèle théorique, a étudié les impacts de l’évolution de l’économie mondiale sur les conditions de vie, définies par la qualité de l’alimentation et le niveau de production industrielle.

Lire le reste de cette entrée »