Bien que devenu un champ d’activités complexes, le projet du développement durable peut être résumé par la phrase «[C’est] Un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.»

Il s’appuie sur 3 piliers majeurs – le Social, l’environnement et l’économie qui s’autoalimentent l’un, l’autre. Il a pour objectif un développement maîtrisé des sociétés humaines en apportant bien-être et justice sociale.

Dans un contexte de changement climatique, de menaces sur la biodiversité, de mondialisation qui est ressentie comme une oppression par une partie des acteurs, c’est un chemin qui s’avère difficile non seulement pour répondre de manière satisfaisantes à ces enjeux, mais également pour conserver l’équilibre entre développement économique, bien être social et préservation de l’environnement.

D’ailleurs, certains parlent de durabilité faible qui est un développement durable au mieux, même si les objectifs de certains piliers ne sont pas atteints, par opposition à la durabilité forte qui exige la réalisation de l’ensemble des objectifs.

Le champ d’action du développement durable inclut le domaine de la production de l »énergie, de la maîtrise des déchets, de la construction d’habitats en harmonie avec l’environnement, mais pas seulement, il a déjà envahit l’industrie automobile avec la voiture électrique, les moteurs à faible consommation de carburant, la recyvclabilité des véhicules. Il a également envahit l’industrie électronique avec des puces moins consommatrices d’energie et davantage recyclable. Mais encore l’industrie chimique, l’industrie agroalimentaire,… en y regardant de plus près, le developpement durable affecte l’ensemble des industries.
Lire le reste de cette entrée »

Publicités

icon_preknowledgeSuite à l’annulation par Conseil d’Etat de l’arrêté du 10 juillet 2006 fixant les tarifs de rachat de l’électricité éolienne par EDF, le ministère de l’écologie a confirmé le prix actuel de rachat de l’éolien, alors d’aucuns espéraient une révision à la baisse.
Le prix de rachat actuel, 84 euros le MWh, en regard du coût de production estimé entre 50,4€/MWh et 73,5€/MWh selon le nombre d’heures de fonctionnement, laisse une marge d’exploitation confortable, sur la justification que le prix de rachat est proche du coût moyen de production de l’électricité constaté à 90€ sur PowerNext en octobre.

Lire le reste de cette entrée »